As-tu déjà entendu parler du paradoxe du détachement ? C’est le fait que plus tu vas réussir à lâcher-prise sur une situation qui te tient vraiment à cœur, plus tu vas réussir à attirer les résultats que tu cherches à obtenir. Dans ce paradoxe réside toute la difficulté de trouver le bon équilibre entre se soucier suffisamment pour être motivé et ne pas se soucier trop pour éviter de devenir trop attaché. Mais alors, comment se détacher émotionnellement ? Si toi aussi, tu as tendance à être un chouilla excessive quand il s’agit d’atteindre tes objectifs professionnels, je te propose dans cet article 10 secrets pour retrouver ta sérénité et mieux gérer tes émotions !

Détachement émotionnel VS lâcher-prise

Si l’on se base d’un point de vue englobant la psychologie humaine, le développement personnel et un peu de philosophie, le détachement émotionnel et le lâcher-prise sont deux concepts distincts. Ils peuvent être confondus en raison de leurs similitudes apparentes, mais voyons en détail ces deux concepts.

Le détachement émotionnel

Le détachement émotionnel implique la capacité de prendre de la distance émotionnelle par rapport aux événements, aux personnes ou aux circonstances. Ça ne signifie pas forcément que l’on doive se couper complètement de nos émotions. L’objectif ici, c’est plutôt de réussir à prendre du recul et à adopter une perspective objective et sereine. Se détacher émotionnellement d’une personne ou d’une situation te permet de mieux gérer les situations stressantes ou difficiles sans être submergé par tes émotions. Cultiver cette attitude peut t’être utile pour te maintenir dans une stabilité émotionnelle qui peut clairement t’aider prendre des décisions éclairées par exemple.

Le lâcher-prise

Le lâcher-prise, d’un autre côté, est souvent associé à la volonté de renoncer au contrôle excessif sur les circonstances ou les résultats. Cela implique d’accepter ce qui est hors de ton contrôle. Ce qui ne peut pas être changé. Le lâcher-prise n’est pas synonyme d’indifférence. Il est plutôt le signe d’acceptation de la volonté de laisser les choses suivre leur cours naturel. Par exemple, tu peux choisir de ne pas t’inquiéter excessivement quant à ton avenir incertain. S’entraîner au lâcher-prise muscle en quelque sorte ta zen attitude !

Pourquoi se détacher émotionnellement

Comme dit dans le paragraphe précédent, apprendre progressivement à se détacher émotionnellement de soi, de ses échéances, de la performance à tout prix à plusieurs avantages :

  • Permet de maintenir un meilleur équilibre émotionnel face aux situations difficiles.
  • Favorise une réflexion plus objective et surtout des choix plus judicieux en minimisant l’impact des émotions fortes.
  • Diminue l’impact négatif du stress grâce à la gestion des émotions.
  • Facilite l’adaptation aux changements en réduisant la résistance émotionnelle à la nouveauté.
  • Permet de rester concentré sur ses tâches et ses objectifs importants.
  • Favorise une confiance en soi basée sur la compréhension des émotions.
  • Développe la résilience et une capacité à faire face aux challenges quotidiens.
  • Contribue à maintenir une bonne santé mentale en évitant les ruminations excessives.
Les lecteurs ont aussi aimé :  Nerf vague et Théorie Polyvagale de Jane Dorian — Livre 1

Lorsque tu deviens maître de tes émotions, ou en tout cas que tu choisis consciemment de les écouter sans forcément y réagir,  tu te rends la vie vraiment plus facile. Se détacher émotionnellement t’aide même à être plus performant dans les domaines qui ont du sens, qui sont importants pour toi. À l’inverse, si tu es constamment submergée par elles, il y a de fortes chances que tu développes de l’anxiété et que tu t’épuises au fur et à mesure.

« La pression crée des diamants, mais détruit aussi des ponts »

Clark Kegley

Test de détachement

Tu n’es pas forcément obligée de faire cette expérience en vrai, mais je trouve que cet exemple illustre bien le détachement. Imagine-toi assise à ton bureau, tu t’ennuies et tu joues avec tes clés de voiture en les jetant puis en les rattrapant. Tu arrives à les attraper à chaque fois, elles ne tombent jamais. Ta confiance en toi est au maximum ! Maintenant, imagine que tu fasses la même chose, mais appuyée face au vide contre la rambarde de l’Empire State Building. Tu commences à hésiter, à perdre tes moyens, à trembler… Hé oui, là, si tu les fais tomber, ce ne sera pas la même histoire (bien qu’il ne s’agisse que d’un enjeu matériel, voire financier). L’attachement excessif au résultat va modifier ton comportement et t’empêcher de « fonctionner » sans effort.

Les 10 secrets du détachement

J’espère que tu l’as bien compris à présent, le secret (et l’objectif !) du détachement n’est donc pas de s’anesthésier pour ne plus rien ressentir, mais plutôt d’avoir différents niveaux appropriés de détachement. Il s’agit de faire émerger ton authenticité, ta version de toi la plus profonde sans effort. D’accord, mais comment faire ? Voici quelques conseils. Comme d’habitude, je t’engage à te servir de ton petit carnet magique ;).

1 — Observe, accepte et vis pleinement tes émotions

Nous sommes conditionnés par les croyances, les comportements qu’on nous a inculqués durant notre enfance. Des phrases du type « arrête de pleurer/ne sois pas triste/calme-toi ». La première étape est tout simplement de prendre conscience des émotions qui nous traversent à tel ou tel moment de la journée. Pour rappel, il existe 5 émotions de base (la joie, la tristesse, la colère, le dégoût, la peur), mais tout un éventail de nuances ! Inscris-les au fur et à mesure de la journée, et surtout quand elles deviennent trop fortes ! La méditation pleine conscience est un excellent exercice pour ça. Et si, à un moment donné, tu as envie de pleurer, crier ou taper dans un coussin, autorise-toi à le faire. Tu en as le droit !

2 — Trouve l’origine de tes émotions

Pourquoi ressens-tu ça maintenant ? N’oublie pas que les émotions sont des messages, des pensées, et uniquement ça. Par exemple, si tu te sens stressée, de quoi as-tu peur ? Pourquoi ? Encore une fois, note tout cela dans ton carnet. L’objectif c’est de prendre du recul sur ces messages et de garder une certaine distance émotionnelle avec eux. Pour toutes les perfectionnistes ici présentes, pas la peine d’y penser 3 h par jour non plus :). Si vous faites cela pendant 5 minutes par jour, c’est déjà génial !

Les lecteurs ont aussi aimé :  3 Méthodes de Respiration Anti-Stress ultra simples à tester maintenant

3— Prends du recul

Pour cela, la respiration peut t’être d’une grande aide ! Prends une grande inspiration, une grande expiration et change de point de vue sur la situation. Essaye justement de mettre des émotions de côté pour regarder les choses sous un œil beaucoup plus subjectif. Pendant mon burn-out, j’avais tendance à prendre vraiment tout trop à cœur. Pourquoi il a dit ça ? Pourquoi elle a fait ça ? On est d’accord, ça n’avance pas à grand-chose. La question serait plutôt : « OK, à l’échelle de ma vie, cela a-t-il vraiment de l’importance ? ».

4 — Accepte de ne pas tout contrôler

Tu connais déjà probablement cette citation du stoïcien Marc Aurèle :

« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé ; et le courage de changer de qui peut l’être ; mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre. »
Si ce n’est pas le cas, je t’invite à l’accrocher de manière bien visible chez toi ! Nous ne pouvons pas contrôler la plupart des choses qui se passeront dans la vie. L’important, c’est de faire de ton mieux avec ce que tu peux à l’instant T. On est humains après tout ! Et ce n’est pas parce que tu te laisseras submerger par les émotions ou les ruminations que tu pourras changer les choses davantage !
 

5 — Change ton discours intérieur

Toutes les phrases que l’on se répète à longueur de journée ont un impact considérable sur notre état d’esprit. Le pire, c’est que nous sommes tellement formatés a mal nous parler que ça en devient presque normal ! Ça l’était en tout cas pour moi jusqu’à ce que je décide que l’amour de soi était déjà assez difficile à atteindre sans qu’en plus, j’en rajoute encore une couche en m’auto-insultant. À partir de maintenant, fais de ton mieux pour changer les « je suis bête/je ne suis pas assez ci ou pas assez ça » en phrase positive du type « je suis capable, je suis exactement là où je dois être aujourd’hui ». À toi de trouver les tiennes en fonction de ta situation ! N’oublie pas, essaye de te parler comme si tu discutais avec ta meilleure amie 🙂.

6 — Autorise-toi à te détendre

Il existe une multitude de moyens de te détendre et de mieux gérer ton stress ! Mes préférées sont le yoga, la respiration, la méditation, la musique (jouer d’un instrument, écouter et chanter) et bien sûr l’écriture. Teste et trouve l’activité qui te permettra de relâcher la pression sans entrer en compétition ou en performance avec toi-même. En 2022, j’ai eu envie de commencer la calligraphie (rapport à l’écriture, tout ça). J’aimais bien ça, mais le problème c’est que j’ai très vite associé ça à une activité annexe qui, si je m’en sortais bien, pourrait se transformer en business. Si tu es comme moi, ce genre de pensées doivent t’arriver souvent ! Après plusieurs mois, je me suis dit que finalement, ce n’était pas une activité « détente » pour moi, car justement, elle ne me permettait pas de me détacher émotionnellement. Par exemple, je n’ai pas du tout cette sensation avec la musique ! Je joue pour me faire plaisir et c’est tout !

Les lecteurs ont aussi aimé :  La réduction du stress par la pleine conscience, ça fonctionne ?

7 — Ajuste la pression

Si tu lis cet article, tu dois avoir un petit côté contrôlant excessif et je ne te blâme pas, je suis passée par là aussi et il m’a fallu un épuisement professionnel pour y remédier. Quand on est ambitieuse, il est très tentant d’associer des objectifs (parfois mal définis d’ailleurs) à des échéances strictes. Mais en faisant cela, on réussit juste à créer une pression inutile et pire, à entraver nos progrès. Lorsque tu te détaches de cette contrainte temporelle, tu te permets plus de flexibilité et tu fais baisser la pression parfois impossible à soutenir. Dès aujourd’hui, je te propose de commencer à te concentrer sur le processus plutôt que sur le résultat ! Si tu apprécies le chemin, tu es sur la bonne voie 😉.

8 — Fais-toi confiance

Ce qui m’amène naturellement au point suivant. Nous sommes nombreuses à manquer de confiance en soi. Une préparation excessif, le désir voire l’obsession que les choses se passent bien ou une trop grande anticipation des erreurs sont autant de comportements qui peuvent te faire douter de toi et faire chuter ta confiance, puis ton estime de toi si tu n’y prends pas garde ! En plus, ça n’améliore clairement pas tes performances ! Se détacher émotionnellement devient possible lorsqu’il y a une confiance profonde que la vie se déroulera comme elle le devrait.

9 — Transforme les échecs en apprentissages

Soyons réalistes : tout comme la perfection n’existe pas, tu vas devoir essayer, tester, recommencer avant de trouver ce qui te correspond. Qu’on parle d’un métier, d’une entreprise, ou même de relations ! D’ailleurs, si tu regardes bien, tous les grands entrepreneurs à succès ont essayé mille et une idées avant de trouver LA BONNE. Mieux vaut tout de suite changer d’état d’esprit et se dire que déjà, l’échec n’est pas grave, qu’il fait partie de la vie, mais qu’en plus il va t’apprendre quelque chose. Que peux-tu changer, faire différemment pour transformer ce contretemps en réussite de demain ? Et puis, parfois, en réfléchissant aux expériences passées, on peut tout simplement réaliser que ne pas atteindre certains résultats était en réalité bénéfique pour poursuivre ce qui est important (merci burn-out !).

10 — Sélectionne ton environnement

Et par environnement, j’entends les personnes que tu côtoies, mais aussi les médias et informations que tu consommes ! Tout ça à un rôle capital dans le fait d’arriver à se détacher émotionnellement ou pas. Entoure-toi d’informations neutres ou positives plutôt qu’anxiogènes. Partage tes émotions avec des proches de confiance qui offre un réel soutien bienveillant. Si c’est difficile pour toi, tu peux aussi t’adresser à un professionnel. D’ailleurs, ça fait partie de mes compétences. Réserve ta séance de coaching gratuite maintenant !

Comment se détacher émotionnellement, en bref

L’art du détachement émotionnel et du lâcher-prise sont bien différents, quoique similaires :

  • Le détachement est la capacité à prendre de la distance émotionnellement par rapport aux événements, personnes ou circonstances.
  • Le lâcher-prise est le fait d’accepter que les choses suivent leur cours naturellement.

Te détacher émotionnellement va te permettre de :

  • Maintenir une meilleure stabilité émotionnelle ;
  • D’être plus objective et de pouvoir faire des choix plus judicieux ;
  • De réduire l’impact négatif du stress ;
  • Faciliter ton adaptation aux changements ;
  • Rester concentrée sur tes objectifs importants ;
  • Développer la compréhension de tes émotions ;
  • D’améliorer ta résilience ;
  • Maintenir une bonne santé mentale.

Peut-être que tu penses que c’est plus facile à dire qu’à faire ! Voici 10 conseils pour t’aider à pratiquer le détachement jour après jour :

  1. Observe, accepte et vis pleinement tes émotions
  2. Trouve l’origine de tes émotions
  3. Prends du recul
  4. Accepte de ne pas tout contrôler
  5. Change ton discours intérieur
  6. Autorise-toi à te détendre
  7. Ajuste la pression
  8. Fais-toi confiance
  9. Transforme les échecs en apprentissages
  10. Sélectionne ton environnement

Et toi, à quelle situation t’accroches-tu, qu’est-ce qui te freine dans ton ascension aujourd’hui ? Partage en commentaires !

Partagez si vous aimez !