Toujours plus vite, plus productif, plus concentré… Toi aussi, tu en as marre de courir après le temps ? De ne jamais voir la fin de ta liste de choses à faire ? Tu commences à te sentir submergée par ton quotidien professionnel ? Ne te sens pas obligée de passer par la case burn-out pour changer les choses. Dans cet article, je te propose de prendre le contrepied et d’adopter la tendance du slow working. Qu’est-ce que c’est ? Quels sont les avantages ? Comment faire ? Je te dis tout et te propose 3 conseils concrets pour l’inclure dès maintenant dans ton quotidien.

Définir le slow working

Si tu m’avais parlé de slow working il y a quelques années, je ne t’aurais sûrement rien dit, mais j’aurais probablement pensé « bof, encore un truc de feignasse ». Hé oui, moi aussi j’avais des idées bien définies quand il s’agissait du monde du travail ! Grâce à mon burn-out (oui, tu as bien lu 🤭), j’ai changé ma façon de voir les choses et notamment mon rapport au travail. Bien que celui-ci soit toujours une composante essentielle de ma vie (le mouvement FIRE, très peu pour moi !), je m’attarde maintenant plutôt à travailler de manière qualitative plutôt que quantitative.

Les lecteurs ont aussi aimé :  Libère-toi de tes émotions en 10 étapes

Redéfinir le travail

Et c’est bien ce que nous suggère de faire cette tendance ! Slow living, slow food, slow movement… Face à nos quotidiens où tout va toujours plus vite, voici quelques philosophies de vie qui ont émergé ces dernières années. Et comme le travail fait, en général, partie intégrante de nos vies, pas étonnant qu’on nous suggère aussi de ralentir cet aspect de nos vies. L’approche du slow working ne nous propose pas que de travailler plus lentement (même si la lenteur a certaines vertus 🙂), mais plutôt à reconsidérer notre approche globale du travail. Il s’agit ici plutôt de s’opposer à la culture contemporaine de l’urgence et de la productivité excessive. Et si on commençait par mettre l’accent sur la qualité et le sens de notre travail, tout en favorisant la concentration et la pleine conscience dans nos activités professionnelles ? C’est là tout le défi !

Comprendre les principes et objectifs de ralentir au travail

Le « travail lent » (mais je préfère « travail en conscience ») repose sur plusieurs principes fondamentaux. Cela inclut notamment :

  • la gestion du temps ;
  • la priorisation des tâches ;
  • l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

Des thèmes plutôt actuels et recherchés aujourd’hui, pas vrai ? L’objectif, c’est tout simplement d’atteindre une vie toujours plus simple et équilibrée entre nos aspirations et contraintes professionnelles et personnelles, à l’heure où il est facile de se laisser happer par la pression ambiante et de sombrer vers le burn-out …!

Si tu as tout suivi, le moins est donc l’ami du mieux 🙂. D’ailleurs, si la thématique du minimalisme t’intéresse, j’en profite pour glisser ici que cet article fait partie de l’événement interblogueurs « 3 Astuces pour simplifier sa vie » organisé par Charlotte du blog Orgaminima. Je suis sûre que son article pour simplifier ta boite email va t’intéresser !

Travailler moins, mais mieux

En parlant de ça, les avantages du slow working sont donc plutôt nombreux ! Parmi eux, on va compter justement l’accent mis sur le bien-être au travail et une meilleure performance. Comment ça fonctionne ?

Les lecteurs ont aussi aimé :  Démystifiez les signes du surmenage pour mieux le prévenir

Favoriser le bien-être au travail

On associe souvent à tort le fait que plus on va travailler, plus on va être à même de réaliser toujours plus de tâches. Sauf que, tu seras d’accord avec moi, la to-do list, c’est quelque chose qui n’en finit jamais ! D’ailleurs, je trouve que cette citation illustre particulièrement bien ce propos :

citation vanessa autrey

Lorsqu’il est bien utilisé, le slow working va permettre de réduire le stress (attention, on ne parle pas de procrastination ici !) et donc par extension les symptômes associés : fatigue, problèmes de sommeil, tensions musculaires. Et qui dit moins de tensions au travail dit environnement plus détendu et meilleure communication avec les collègues. Apaiser l’environnement de travail, une stratégie anti-épuisement ? Rien n’est moins sûr !

Renforcer la performance et l’efficacité

Quoi qu’on en dise, l’objectif principal d’une entreprise est de dégager du chiffre d’affaires pour pouvoir continuer à exister ; sinon c’est un projet associatif. L’idée du slow working n’est donc pas du tout de se tourner les pouces, mais au contraire, de se concentrer sur les tâches les plus importantes quitte à y passer plus de temps (d’où l’éloge de la lenteur évoquée précédemment 😉). Travailler moins, mais plus peut contribuer à éviter les distractions et à produire un travail de meilleure qualité.

Intégrer le slow working au quotidien

Alors, on essaye ? Oui, mais concrètement, comment faire ? Voici 3 conseils pour intégrer ce nouveau mode d’exécution dans ton quotidien professionnel. Que tu sois salariée, entrepreneure, ou encore en projet de reconversion, ils s’adaptent à tous !

1. Appuyer sur pause

Que celle qui ne s’est jamais laissée emporter par des pensées qui tournent en boucle au point de ne plus savoir par quel bout prendre le problème lève la main ! Et quand on laisse le mental faire, il a tendance à tout emmêler et à compliquer les choses alors que tout est si simple parfois ! Une seule solution dans ce cas, changer d’activité. Salariée ou entrepreneure, tu as le droit de prendre une pause pour t’aérer, et surtout respirer. Alors, ne t’en prive pas ! Cela te permettra de te ressourcer et de recharger tes batteries. Profite de ces moments pour prendre du recul, réfléchir à ton travail et évaluer ta progression.

Les lecteurs ont aussi aimé :  Environnement de travail toxique : comment y faire face ?

Si aujourd’hui, tu as envie de changer de voie professionnelle, ne néglige pas l’importance de prendre le temps de te connaitre, d’identifier ce que tu veux et ce que tu ne veux pas. Prends le temps de tester, de réfléchir, d’oser.

Entrepreneure, n’oublie pas de planifier des périodes dédiées à la réflexion stratégique. On a tendance à oublier ce point, pris par toutes nos idées, nos projets et nos impératifs du quotidien, mais il est important d’envisager tous nos projets à plus long terme et d’identifier les ajustements nécessaires pour atteindre tous nos objectifs !

2. Déléguer intelligemment

Même si on aimerait toutes que cela soit le cas, il est important et même essentiel de reconnaître qu’on ne peut pas tout faire seul. Cette nouvelle approche du travail passe aussi par une phase où on doit apprendre à déléguer les tâches qui peuvent être réalisées par d’autres membres de notre équipe ou par des prestataires externes. Savoir demander de l’aide avant de se sentir submergé est selon moi un pilier essentiel du slow working ! Et puis, déléguer ce qu’on aime moins faire va nous permettre de nous simplifier la vie et de passer plus de temps dans notre zone de génie. Penses-y la prochaine fois que tu voudras tout contrôler 😉.

3. Investir du temps pour soi

Qu’on parle ici de santé (physique et mentale), de formation, de réseautage, de loisirs, l’importance est la même. On ne peut pas avoir une vie plus équilibrée, simple et facile si on se focalise uniquement sur un des piliers de notre vie. Ici, évidemment, on parle de travail, mais pour l’avoir expérimenté, pas de travail efficace lorsqu’on ne se donne pas assez de temps pour soi ! Et souvent, comme on dit less is more.

Connaissais-tu cette manière de travailler ? Quelles actions vas-tu mettre en place pour l’intégrer à ton quotidien ? Partage en commentaires !

Partagez si vous aimez !