Pendant longtemps, je me suis accrochée à mon fameux « projet de vie ». Peut-être que toi aussi, tu as (avais ?) cet idéal de la maison à la campagne avec le chien et les enfants, un travail-passion où tu t’éclates tous les jours et où tu as l’impression justement, de ne pas travailler. J’ai couru après ça pendant très longtemps… jusqu’au burn-out. Dans cet article, je voudrais déconstruire ce concept parfois délétère du projet vie, et surtout, te proposer des façons de t’en inspirer pour créer la vie de te rêves, mais sans t’épuiser !

Déconstruire le mythe du projet de vie

Comme je te le disais dans l’introduction, on a souvent dans la tête notre projet de vie depuis le plus jeune âge. Souvent infusé par notre environnement, de manière inconsciente. Pour ma part, j’ai vraiment ce souvenir, cette image de moi, au collège, décrivant mon plan de vie en détail à mes copines. Je pense qu’il était similaire à pas mal d’autres ados entre 12 et 14 ans ! Personnellement, c’était très clair :

  • Avoir trouvé le grand amour à 18 ans ;
  • Pour qu’on puisse emménager ensemble dès qu’on quitterait le domicile familial ;
  • Décrocher un diplôme d’études supérieures dans un domaine qui me passionnerait ;
  • Trouver un travail que j’adorerai et dans lequel je n’aurais pas l’impression de bosser un seul jour de l’année ;
  • Me marier à 25 ans ;
  • Acheter ma maison avec jardin à 26 ;
  • Adopter un chien ;
  • Être maman à 27 ;
  • Et avoir atteint le bonheur absolu jusqu’à la fin de ma vie.

Autant te dire que RIEN ne s’est passé comme prévu 😅.

Une destination fixe

L’erreur, c’est de croire que la vie est un long fleuve tranquille et que notre bonheur serait comme une destination fixe qui ne change jamais tout au long de notre vie. Seulement, si tu as un peu roulé ta bosse comme on dit, tu as déjà dû te rendre compte que ça ne correspond pas vraiment à la réalité des choses. À moins de se connaitre parfaitement dès le début de sa vie, ce qui est plutôt rare. En tout cas, pour ma part, je me suis découvert au fur et à mesure de mes expériences, et je continue encore à le faire aujourd’hui ! Par conséquent, mon projet de vie a également évolué.

Un bonheur garanti

Je croyais dur comme fer qu’au fur et à mesure que je réaliserai mon projet de vie, mon bonheur augmenterait de manière exponentielle. Douce illusion 😅 ! D’ailleurs, en m’acharnant à vouloir concrétiser toutes ces idées, je n’ai fait que me rendre malheureuse. Je me comparais sans arrêt aux autres, me dévalorisant par la même occasion. J’ai poursuivi une carrière qui m’a mené à l’épuisement professionnel. Jusqu’à ce que je décide de changer de vie !

Les lecteurs ont aussi aimé :  La théorie des cuillères : un outil pour retrouver l'équilibre

Un plan clair pas vraiment nécessaire

Là où je veux en venir, c’est que planifier son projet de vie n’est pas une étape franchement nécessaire. Encore moins quand cela nous pousse à vivre un quotidien misérable …! Et si on se laissait plutôt porter par la vie tout simplement, en ouvrant la porte aux expériences, aux rencontres et aux différentes opportunités qui s’offrent à nous ?

On pourrait prendre l’exemple des voyages. En permettant la surprise de ne pas savoir où on va dormir, où on va manger, en ne planifiant pas tout dans les moindres détails, on se laisse l’opportunité de découvrir de petits endroits cachés, des restaurants atypiques, et la joie de faire des rencontres fortuites 😉. Comme cette fois en Hongrie où, en nous rendant compte qu’une de nos excursions était tout simplement inexistante, nous avons emprunté un chemin inconnu pour nous retrouver au sommet d’une jolie montagne perdue avec un point de vue sur Budapest hors des sentiers battus !

Budapest depuis les montagnes

Un projet souvent dicté par la société

Quand j’ai « découvert » ou du moins adhéré à ce concept de projet de vie, il était très clairement influencé par mon environnement familial, les personnes qui je côtoyais, la culture que je consommais (livres, séries, films…). Finalement, on nous martèle depuis notre plus jeune âge que la réussite, c’est avoir un travail qui paye bien, une grosse maison, marié, deux enfants. Est-ce que c’est cela qui nous rend heureux ? En tout cas, suivre la norme sociale en oubliant ses propres aspirations est loin d’être un gage de bonheur assuré !

Une date limite

Dans cette quête du projet de vie, on peut très vite ressentir le poids du temps qui passe et croire qu’il est trop tard pour changer de cap. Il suffit d’échanger avec nos semblables pour nous rendre compte qu’il n’y a pas d’âge pour adapter nos objectifs et nos aspirations ! D’ailleurs, il est fort probable que tu ne rêves pas de la même chose aujourd’hui que quand tu avais 20 ans. Lâcher-prise sur ce concept peut t’aider à explorer de nouvelles passions, acquérir de nouvelles compétences et à te réaligner avec tes aspirations profondes, à n’importe quelle période de ta vie !

Bien utiliser le concept du projet de vie

J’espère que tu l’as compris, je ne suis pas du tout réfractaire à l’idée de se tracer une route vers la vie de ses rêves, bien au contraire ! C’est même essentiel pour avancer vers ce qui nous fait vibrer et ce qui nous donne envie de nous lever le matin. Ici, je te propose quelques étapes à prendre en considération quand tu commences à te sentir prisonnière de ton quotidien.

Les lecteurs ont aussi aimé :  Détendez-vous après le travail grâce à ces 6 activités

1. Apprendre à se connaitre

C’est la base ! Nous sommes des êtres vivants et on bouge, on évolue. Constamment. Il y a une dizaine d’années, ce qui était important pour moi, c’était mon rang social, ma réussite professionnelle (mais qu’est-ce que la réussite d’ailleurs ? 😉). Je voulais l’exprimer par mon patrimoine, mes possessions matérielles. Être en couple à tout prix. Après l’épuisement professionnel, je peux te dire que mes priorités ont totalement changé ! Le travail passe aujourd’hui au second plan, même si c’est toujours une grande partie de ma vie (et ça le sera toujours, je pense !). Mais j’ai réarticulé mon quotidien autour de mon bien-être. Impossible de vivre sa vie de rêve si la santé ne suit pas, pas vrai ?

2. Réévaluer ses priorités fréquemment

Dans la même veine, voici un exercice auquel je me plie fréquemment, tous les trois mois. Je me munis de mon super journal et je passe en revue le trimestre qui s’est écoulé. Quels étaient mes objectifs ? Les ai-je atteints ? Spoiler alert : il arrive TRÈS SOUVENT que la réponse soit non 😅. Mais plutôt que de laisser le perfectionnisme et l’auto-dépréciation prendre le dessus, je me demande plutôt pourquoi je n’ai pas réussi et si c’était vraiment important pour moi… Et finalement, j’ai la réponse à mes questions. Je peux alors décider d’abandonner cette chose pour me concentrer ce qui m’amènera vers ma vie de rêve. Cet exercice, j’en parle dans cette vidéo :

3. Faire preuve de souplesse et de flexibilité

Et là, je ne te parle pas de devenir un maître yogi (quoique… 😛) 😅. La beauté de la vie réside aussi dans le fait qu’elle soit faite de surprises et d’imprévus. Je sais que vouloir tout contrôler peut te rassurer et te donner l’impression de maîtriser tes peurs. En réalité, c’est plutôt l’inverse. Alors, plutôt que de t’accrocher obstinément à un plan préétabli qui va te rendre malheureuse sur le long terme, pratique la flexibilité. Parfois, les détours inattendus peuvent mener vers des destinations encore plus enrichissantes que celles que tu avais prévues. Et si tu n’es pas à l’aise avec cet exercice tous les jours, tu peux essayer de le pratiquer pendant toute une journée, le dimanche ou pendant tes vacances par exemple.

4. Accepter l’imperfection

Si tu fais partie de la team perfectionniste, tu sais que cette qualité peut très vite se transformer en obstacle majeur dans la poursuite de nos rêves. Peur de se tromper, peur de mal faire, peur de se lancer… Le meilleur moyen de stagner, c’est d’attendre d’être prêt avant de faire les choses ! La vie elle-même n’est pas parfaite. Tu feras des erreurs en cours de route. Même en mettant au point ton projet de vie finalement 😉. Alors n’ait pas peur des échecs. Apprends à les voir comme des occasions d’apprentissage et de croissance. C’est comme ça qu’on grandit et qu’on s’améliore aussi 🙂.

Les lecteurs ont aussi aimé :  Apprenez à dire non grâce à ces 12 conseils

5. Cultiver la gratitude et la satisfaction

Au début, j’avais l’impression que la gratitude, c’était un truc de gens perchés. Un concept un peu vague pour compenser une vie ratée. Jusqu’au jour où un coach m’a incité à faire l’exercice tous les jours. Je ne vais pas dire que ça a changé ma vie, mais bien plus tard, cet exercice m’a vraiment aidé à prendre conscience que le quotidien était truffé de jolies choses, même si « tout ne se déroule pas selon le plan ». De la même manière, tu as forcément de belles réalisations, de petites victoires à célébrer chaque jour. Ces pratiques vont t’aider à rester ancré dans le présent et à apprécier pleinement le chemin que tu parcours, indépendamment des résultats finaux de ton projet de vie. En plus, en te concentrant sur le présent, tu réduiras la pression de devoir atteindre certaines étapes dans un délai donné. Tu as aussi le droit de souffler ! 🙂

Définir et utiliser son projet de vie à bon escient

Pendant des années, nous avons été conditionnées à croire en un certain récit de vie : celui du « projet de vie » parfaitement planifié, où chaque étape est minutieusement orchestrée pour mener à un bonheur éternel. Peut-être as-tu aussi été prise au piège de ce mythe, rêvant de la maison idéale, de la carrière épanouissante et de la vie de famille parfaite. Mais il est rare que la réalité corresponde parfaitement à nos attentes.

Aussi, parce que je pense que ce concept peut tout de même t’aider à avancer vers une vie qui te correspond totalement, je te propose plutôt à la place de commencer par :

  • Prendre le temps de découvrir ce qui te passionne réellement.
  • Revoir tes priorités de temps en temps pour t’assurer qu’elles correspondent à qui tu es actuellement.
  • Rester prête à changer de cap si nécessaire.
  • Accepter que tu ne seras pas parfaite.
  • Prendre le temps chaque jour de reconnaître les petites choses qui rendent la vie spéciale.

Et toi ? T’es-tu déjà laissée emporter par cette idée du projet de vie parfaite ? L’as-tu réalisé ? Sinon, qu’est-ce qui te bloque ? Raconte-nous ton expérience en commentaire !

Partagez si vous aimez !