On parle souvent de l’épuisement professionnel comme d’une pathologie insidieuse. En effet, les premiers signes de burn-out sont fréquemment confondus avec un affaiblissement et du stress en apparence bénins. Et heureusement, ce n’est pas parce que nous sommes fatigués ou un peu stressés que nous souffrons de burn-out ! Cependant, pour éviter les complications, mieux vaut être informé sur ces différents signaux à ne pas prendre à la légère.

1 — Fatigue physique

L’un des premiers signes les plus courants du burn-out est une fatigue intense qui ne s’explique pas par un manque de sommeil. L’épuisement professionnel n’est pas juste le fait de se sentir fatigué. Enfin, généralement, avant d’être épuisé, il se passe de longs mois (voire même des années !) de mauvaises nuits. Je vous parle en connaissance de cause ! Mon sommeil n’a jamais été des plus réparateurs. Du coup, ce symptôme ne m’a jamais vraiment choqué. J’ai commencé à m’inquiéter quand, dès que je « dormais », je rêvais sans cesse à la même chose. Je me repassais des scènes de travail inlassablement. Un peu comme quand vous avez passé 8 h à jouer à un jeu vidéo et que vous « continuez à jouer dans vos rêves ». Après une telle nuit, vous n’êtes pas vraiment au top de vos capacités physiques.

Les lecteurs ont aussi aimé :  Transformez votre état d'esprit avec le minimalisme

2 — Exténuation mentale

La fatigue mentale se traduit, elle, par un manque de motivation, des difficultés à se concentrer et une diminution de la productivité. Vous commencez aussi à plonger vers le désespoir et le pessimisme et ce n’est pas dans vos habitudes ? Redoublez de vigilance. Occupez-vous de cette situation ou ces pensées pourraient vous conduire à une dépression plus ou moins sévère sur le long terme. Si vous ressentez un épuisement mental extrême qui persiste malgré le repos, les jours de congés et les vacances prises loin de votre environnement, vous devez consulter un professionnel de santé (docteur, psychiatre, psychologue) pour déterminer la cause sous-jacente et éviter un épuisement professionnel plus important.

3 — Sentiments persistants de stress, d’agitation et d’angoisse

Les sentiments persistants de stress, d’agitation et d’angoisse sont des signes précurseurs d’un burn-out à ne pas négliger. Si vous ressentez une tension constante et que vous êtes anxieux sans raison apparente, il est possible que vous soyez en train de dériver vers l’épuisement professionnel. Ces sentiments peuvent également se manifester sous forme de crises de panique, de troubles du sommeil — comme vu dans le paragraphe précédent — et de l’humeur. Même quand « vous ne faites rien », votre cerveau tourne toujours à plein régime, comme si vous n’arriviez pas à le mettre sur pause. Toute cette charge mentale accumulée renforce encore vos niveaux de stress et d’anxiété. Vous entrez toujours plus profond dans ce cercle vicieux. Vous avez de plus en plus de mal à voir le bout du tunnel.

4 — Gestion des émotions de plus en plus difficile

Vous avez du mal à contrôler vos émotions, à gérer votre stress et vous êtes souvent à fleur de peau. Cela peut indiquer un épuisement émotionnel. Vous pouvez ressentir des sautes d’humeur, des crises de colère ou de tristesse et de désespoir. Vous devenez davantage sensible aux stimuli environnementaux. Par exemple, avant, travailler dans un open-space, ou avoir constamment un fond sonore à la maison ne vous dérangeait pas. Aujourd’hui, ces perturbations influent négativement sur votre bien-être et provoquent chez vous agacement et tensions supplémentaires. Vous devez exprimer, dans la mesure du possible, ces émotions négatives avant de trop les accumuler. Si vous n’avez personne à qui parler, ou tout simplement si vous préférez exprimer vos sentiments face à une tierce personne, prenez rendez-vous avec un psychologue. Il saura vous aider !

Les lecteurs ont aussi aimé :  Trouver du temps pour concilier travail et passion, 3 astuces

5 — Concentration sur son travail, les besoins des autres et ses propres besoins diminuée

La fatigue et le stress accumulés n’aident pas à avoir les idées claires. Plus vous négligez ces premiers points, et plus le brouillard mental s’installe. Avec pour conséquence une difficulté de plus en plus marquée à se concentrer. Vos tâches professionnelles vous demandent un effort supplémentaire pour rassembler vos pensées. Cela peut notamment se manifester par des pertes de mémoire. Pendant mon « avant-burn-out », je me retrouvais à être totalement paniquée lorsqu’on me demandait si je me rappelais avoir fait telle chose, avoir lu tel mail, ce qui s’était dit dans telle conversation. Je ne m’en souvenais tout simplement plus. Dans la vie personnelle, ça se traduit par oublier de manger, oublier de faire les courses. Et ne parlons pas de la sphère personnelle où j’omettais de répondre à des appels, des messages. Bon ça encore, ça allait, mais la culpabilité n’a fait qu’augmenter quand j’ai complètement zappé l’anniversaire de mon mari… Vous en arrivez à enterrer vos besoins primaires, vous négligez ceux des autres — ne serait-ce que le simple fait de communiquer — tout ça pour vous concentrer encore plus sur votre travail. Ce qui ne fait que renforcer le cercle vicieux. Si vous détectez ces signes dans votre comportement alors qu’ils ne sont pas normaux (certaines personnes ont une meilleure mémoire que d’autres, ou en tout cas, qui ne sélectionne pas l’information de la même façon 😉), alors donnez à votre cerveau l’occasion de s’arrêter et de faire une pause. Ça ne pourra qu’être bénéfique !

6 — Fragilisation des relations sociales

L’homme est un animal social.

Aristote

Comme le dit si bien cet éminent philosophe grec, nous avons besoin de vivre en société pour être heureux. En tout cas, la vie en communauté fait (ou devraient) faire partie de notre quotidien. Appartenir à un groupe, à un clan participe à nos besoins d’appartenance et de sécurité. Satisfaire ces besoins primaires revient à éliminer une des causes de l’apparition du stress. Et même, avoir quelqu’un à qui parler quand les temps sont durs ne peut qu’aider à soulager son mental. Or, quand vous souffrez des premiers signes du burn-out, les interactions sociales deviennent difficiles. Elles vous procurent encore plus de stress, d’angoisse. Ce qui vous pousse à éviter les relations humaines sous quelques formes que ce soit. Votre vie sociale peut donc grandement diminuer, voire totalement disparaître. Déjà car vous ne pouvez ou ne voulez plus interagir avec les autres. Si en plus, votre entourage n’est pas bienveillant, ils pourraient se lasser de votre humeur morose ou agressive. Si vous commencez à vous retrouver isolé : ne restez pas seul. Consultez un professionnel ou rejoignez un groupe Facebook, comme celui des Femmes Ambitieuses !

Les lecteurs ont aussi aimé :  Réduire la charge mentale avec ces 18 astuces

Les premiers signes de burn-out, en bref

Si vous êtes :

  • Fatigué de manière intense physiquement et/ou mentalement ;
  • Continuellement stressé, angoissé et agité ;
  • Irritable, en proie à des sautes d’humeur inhabituelles ;
  • Distrait, absent avec des difficultés à vous concentrer de manière anormale ;
  • De plus en plus isolé, en famille et au travail ;

Vous pourriez bien souffrir des premiers signes du burn-out. Alors, ne laissez pas la situation s’aggraver. Prenez les choses en main le plus rapidement possible. Plusieurs solutions s’offrent à vous comme prendre du vrai repos, faire des exercices de respiration, de méditation, ou encore de yoga. N’attendez pas qu’il soit trop tard !

À très vite ! 🙏

Partagez si vous aimez !