S’il y a bien une chose que le burn-out m’a enseigné, c’est qu’il est essentiel d’apprendre à décrypter les signes que notre corps et notre tête nous envoient. Certains parlent d’un don, mais c’est prouvé scientifiquement : nous sommes tous dotés de ce sixième sens, l’intelligence intuitive. Dans cet article, je vous partage pas moins de 8 techniques faciles et accessibles à tous pour développer votre intuition. C’est parti !

1. Prendre le temps

Je vais commencer cet article en vous posant une question simple : est-ce que, au beau milieu de votre rythme de vie effréné, vous prenez parfois le temps de vous poser, de ne rien faire et de seulement constater votre condition ? Si vous êtes constamment stressé, anxieux, que vous cherchez à fuir une situation ou que vous courez sans relâche d’objectif en objectif, il y a fort à parier que non. Je vous comprends, je suis moi aussi passée par là !

Avec le recul, je me rends maintenant compte que j’avais toutes les clés en main pour éviter ce fameux épuisement professionnel (bien que je ne le regrette pas du tout). Mon intuition ou mon sixième sens m’envoyait déjà de multiples signaux depuis plusieurs années. Mais comme je ne voulais pas justement prendre le temps de ralentir et de me poser les bonnes questions, mon corps s’est chargé de me stopper.

Alors, votre premier exercice aujourd’hui va simplement être de vous asseoir pendant 5 petites minutes et de prendre conscience de ce que vous vivez dans le moment présent. Cela peut être au travail ou dans la maison. Qu’est-ce qui vous plaît ? Qu’est-ce qui vous ennuie ? Détectez les moindres signes qui peuvent vous mettre sur la voie, comme par exemple, la sensation du temps qui passe (ou pas d’ailleurs !).

Les lecteurs ont aussi aimé :  Éviter le manque d'énergie grâce à ces 3 principes

2. S’intéresser aux signaux du corps

Tout au long de la journée, votre corps, votre cerveau et votre esprit communiquent sans cesse. Ils s’expriment à travers des signaux subtils que nous pouvons apprendre à décrypter pour renforcer notre intuition. Les tensions musculaires, les crispations, les accélérations cardiaques, les maux de tête et les ballonnements sont autant d’indices que votre organisme utilise pour vous transmettre des informations importantes.

Ces signaux peuvent varier d’une personne à l’autre et selon les situations. Par exemple, certains individus ressentent une crispation au niveau de la nuque lorsque quelque chose ne va pas, tandis que d’autres peuvent avoir des céphalées fréquentes en cas de stress. Il est essentiel de prendre le temps d’observer ces signes et de les considérer comme des messages de votre « moi » intérieur.

Dans le cadre d’un burn-out ou d’une période de stress prolongée, il devient indispensable d’entraîner notre sixième sens. En portant un intérêt particulier à ces manifestations physiques, vous pourrez identifier les schémas récurrents qui apparaissent lorsque vous êtes confronté à des situations troublantes ou déséquilibrées.

Par exemple, si chaque matin avant d’aller travailler vous ressentez une boule au ventre ou une sensation de malaise, cela indique probablement qu’il est temps de prêter une attention plus soutenue à cette réaction. C’est peut-être le signe que votre corps essaie de vous avertir de quelque chose d’inconfortable ou d’insatisfaisant dans votre environnement professionnel. D’autre part, si vous remarquez que vous avez un regain d’énergie, une sensation de bien-être ou de joie lorsque vous chantez (par exemple), cela peut être un indice précieux à explorer.

3. Coucher ses intuitions sur le papier

Pour aller un peu plus loin suite à ce deuxième exercice, je vous propose de vous munir d’un petit carnet et d’un stylo et d’y consigner concrètement ce que vous éprouvez à l’instant T (ou ce que vous avez ressenti face à telle ou telle situation). Je vous conseille d’écrire puisque lorsqu’on fait cela, on est plus réfléchi, plus posé et plus calme que quand on tape sur un clavier d’ordinateur ou un téléphone. C’est encore mieux si vous choisissez un cahier au format pratique que vous pouvez avoir tout le temps sous la main. Et puis ça fait du bien de se reposer un peu les yeux non 😉 ?

Alors, comment faire pour développer son intuition ? L’exercice est simple : à chaque fois qu’une pensée, une sensation, une émotion qui vous traverse vous pousse à agir, reportez-la dans ce carnet. Puis, inscrivez votre comportement, votre action correspondante. Vous pourrez y revenir plus tard après avoir expérimenté les conséquences de vos interventions. Vous pourrez alors vous rendre compte si oui ou non, vous avez bien réagi face aux stimuli en question. Plus vous allez l’utiliser, plus vous allez renforcer votre intelligence intuitive et votre confiance en vous !

De la même manière, n’hésitez pas à y consigner vos rêves. Ils peuvent aussi vous donner des indications précieuse sur votre état émotionnel du moment.

4. Travailler son empathie

Faire preuve d’empathie, c’est avant tout être capable d’éprouver, de comprendre les émotions des autres, et du coup d’être à même de percevoir les good vibes ou au contraire les tensions lorsqu’on rentre dans un certain environnement. Je suis persuadée que vous avez déjà ressenti cela, surtout si vous avez été salarié dans un cadre de travail toxique auparavant ! Si vous en êtes sorti, il est rare qu’on se dise qu’on n’avait rien vu venir, même si les collègues ou la direction n’ont fait aucun commentaire à ce sujet.

Les lecteurs ont aussi aimé :  Comment atteindre l'équilibre vie pro vie perso en 6 points

Être empathique participe à développer votre intuition. Comment ? Hé bien quand vous cherchez à vous mettre à la place de l’autre, vous arrêtez de le juger, vous écoutez attentivement, vous êtes plus réceptifs aux émotions et au langage non verbal d’autrui. Tout cela vous entraîne en quelque sorte à déceler plus rapidement ces espèces d’indices invisibles qui nous sont offerts en permanence. Et plus on s’exerce, plus cela devient naturel et facile ! Entraînez-vous la prochaine fois que vous discuterez avec un proche 😉.

5. Apprendre à différencier la raison et le cœur

Que celui qui n’a jamais fait une liste de pour et de contre pour prendre une décision importante lève la main 👋 ! Je ne sais pas vous, mais moi, il m’est arrivé plusieurs fois d’avoir recours à la technique des deux colonnes pour m’aider dans une délibération majeure. Surtout pour la fameuse question « dois-je partir ou rester » (ça marche dans les situations professionnelles comme personnelles !).

Dans ces deux catégories, nous allons tantôt inscrire des justifications dictées par la pensée et d’autres par les émotions. Mais comment savoir si c’est notre tête ou notre cœur qui nous parle ? Notre cerveau va nous orienter de manière rationnelle sur le mode « perdre ou gagner » quelque chose. Par exemple, à la question « dois-je démissionner ? », votre réponse raisonnable devrait être « non, car j’ai besoin d’argent pour vivre ». Alors que votre intuition vous guidera vers la solution juste, mais qui ne s’explique pas. Dans le cas d’un épuisement professionnel, la réponse émotionnelle serait : « je sens que ce travail n’est plus bon pour moi et j’ai besoin de le quitter ». Dans cet article, Tania du blog Arcanes Akashiques précise bien la différence entre le mental et l’intuition. L’article que vous êtes en train de lire fait d’ailleurs partie de l’évènement « La spiritualité au quotidien » organisé par Tania.

Les lecteurs ont aussi aimé :  Qu'est-ce que la Non-Exercise Activity Thermogenesis et comment s'en servir ?

Et quelle plus belle croyance que celle d’avoir foi en soi-même 😉 ? Car malgré tout, il n’y a jamais de bons ou de mauvais choix. Il n’y a que ce que l’on en fait qui compte. Je suis convaincue qu’il y a peu de chances que l’on regrette une décision prise avec le cœur. Alors, faisons-nous davantage confiance !

6. Noter les synchronicités… avec parcimonie

Les synchronicités, c’est un concept développé par Carl Gustav Jung, le fondateur de la psychologie analytique. Cela fait référence à des évènements qui se produisent simultanément et semblent étroitement connectés, sans qu’il y ait de lien de causalité visible. Ce sont des coïncidences qui acquièrent un sens particulier, qui surviennent au bon moment et qui peuvent même contribuer à dénouer une situation.

Vous noterez que dans le titre, j’ai utilisé le mot « parcimonie », et je vais vous expliquer pourquoi. Il y a quelques années, j’ai dû changer de voiture. N’ayant pas beaucoup de moyens, je me suis rabattue vers le marché de l’occasion. Les options étaient plutôt très restreintes et je devais me décider vite. Je me suis rapidement arrêtée pour une Clio, pas vraiment enthousiaste ni convaincue par mon choix.

Et là, pendant les jours qui ont suivi, j’ai littéralement vu des dizaines et des dizaines de Clios sur la route, pile-poil le même modèle que le mien ! Inconsciemment, cela m’a rassuré dans ma décision. Mais là où je veux en venir, c’est qu’à cet instant, mon esprit était focalisé sur cette voiture en particulier. Du coup, je les remarquais toutes. Et j’ai tendance à penser que j’étais plutôt sous influence de deux biais cognitifs : un biais d’attention sélectif et d’un biais de confirmation.

Soyez donc vigilant sur ce point. N’hésitez pas à vous servir de votre petit carnet pour noter toutes ces coïncidences, laissez-les reposer et revenez-y quelques jours plus tard, à tête reposée.

7. Méditer avec intention

La méditation peut être d’un soutien très précieux pour développer votre intuition. Il existe des tas de manières de méditer différentes. Celle-ci se rapprocherait plutôt des affirmations positives. Sauf qu’au lieu de vous répéter un mantra pour vous aider à vous sentir mieux, vous pourriez méditer sur la situation qui vous pose problème ou mieux : posez-vous directement la question et soyez à l’écoute des perceptions de votre corps.

Pour avoir une palette d’émotions et de ressentis plus développés, il est préférable de faire cet exercice au moins une fois par jour pendant plusieurs jours d’affilée. D’habitude, je suis plutôt partisane de la méditation courte, mais pour cet exercice, il vaut mieux que vous preniez votre temps. Votre esprit a besoin d’être réellement détendu et disponible pour faire émerger votre sixième sens correctement.

Comment procéder ?

  • Asseyez-vous confortablement dans un endroit calme, silencieux où vous ne serez pas dérangé.
  • Commencez par pratiquer quelques exercices de respiration : soupir cyclique, respiration carrée… Votre corps doit être extrêmement relaxé.
  • Une fois que c’est le cas, formulez, imaginez, visualisez votre requête dans votre tête. Par exemple « puis-je faire confiance à cette personne ? ».
  • Prêtez attention à tous les signes que vous ressentez : mouvements inconscients du corps, sensations, émotions qui surgissent plus ou moins subtilement…
  • Munissez-vous de votre carnet et écrivez ce que vous avez constaté.

Si cela ne vous aide pas à l’instant T, cela vous servira peut-être plus tard. Vous pourriez confirmer des impressions que vous aviez eues, mais que vous aviez choisi de ne pas suivre. En tout cas, cela ne sera pas perdu !

8. Laissez-vous guider par votre intuition

Maintenant, place à un exercice un peu plus fun ! Vous êtes prêt à plonger dans le grand bain ? Alors, bloquez-vous une demi-journée ou une journée complète et… laissez-vous guider à 100 % par votre sixième sens ! Lâchez prise sur vos croyances, les « il faut », les « je dois » et confiez momentanément les rênes de votre vie à votre intelligence intuitive.

Nous sommes bien d’accord : l’intérêt de cet exercice est de vous aider à développer votre intuition. Il n’est donc pas question de sélectionner une date où vous avez plein d’obligations professionnelles et/ou personnelles. On évitera le jour de votre entretien annuel au bureau ou celui de votre déjeuner mensuel avec la belle-famille ! Choisissez un moment où vous n’avez rien de particulier à faire. D’ailleurs, si ce n’est pas déjà le cas, je vous invite fortement à mettre en place cette habitude. Libérez-vous de toute obligation au moins un jour par semaine, vous verrez, ça fait vraiment du bien ! 🙂

Une fois que vous avez défini le quand, il faut maintenant vous atteler au comment. J’ai envie de dire : rien de plus simple. Débutez votre journée en vous exerçant à la méditation avec intention pour vous engager dans le bon état d’esprit et vous préparer à décoder tous ces signaux. Puis laissez la journée se dérouler normalement et agissez en fonction de vos ressentis (avec toujours votre petit carnet sous la main si besoin).

Cela va vous inciter à vous connecter à votre sixième sens, surtout si vous faites cet exercice souvent. Vous pouvez commencer par une demi-journée puis augmenter à une journée complète.

Comment développer son intelligence intuitive, en bref

En apprenant à développer notre intuition et à écouter les signaux subtils que notre corps et notre esprit nous envoient, nous pouvons mieux comprendre nos besoins et adopter des décisions plus alignées avec nous-mêmes. Dans un contexte de travail, cela nous permet entre autres d’éviter le burn-out et surtout, de trouver un équilibre plus sain dans notre vie professionnelle et personnelle. Des exercices existent pour améliorer ce sixième sens. Vous pouvez en particulier :

  • Prendre le temps de vous poser et de faire le point sur votre situation.
  • Vous intéresser aux signaux de votre corps.
  • Noter vos ressentis et vos actions dans un carnet dédié.
  • Travailler votre empathie avec vous-même et les autres.
  • Différencier la raison et le cœur dans les prises de décision.
  • Noter les synchronicités tout en étant vigilant.
  • Méditer avec intention pour stimuler votre sixième sens.
  • Vous laisser guider par votre intelligence intuitive pendant une journée.

Et vous ? Vous êtes plutôt team intuition ou team raison ? Est-ce que votre vision de l’intuition a évolué avec le temps ? Dans quel sens ?

À très vite ! 🙏

Partagez si vous aimez !